Blogues | Blogs

Véganiser sa vie: comment réduire sa consommation de produits animaux

Hier encore...

Quand je suis devenue végane il y a neuf ans, La Belle Verte venait d'ouvrir et Georges Laraque venait de s'afficher comme végane. Il y avait très peu de modèles dans mon entourage, et ce sujet n'était jamais discuté dans les médias. Heureusement, un ami à moi venait de devenir végane. Il m'a beaucoup aidé dans cette transition alimentaire, et j'oserais dire transition identitaire. En 2020, il y a 600 000 véganes au Canada1, soit l'équivalent de la Ville de Québec, et c'est sans compter les végétarien.nes et les végé-curieux.ses, alors on peut affirmer qu’il y a un intérêt grandissant pour ce mode de vie.


Revenons en arrière. Il y a dix ans, je suis partie en échange étudiant à Bruxelles. Seule,  j'ai fait ma première épicerie avec une liberté totale d'acheter ce que moi j'avais envie, et paradoxalement, un budget serré qui aurait pu me restreindre. En comparant les prix, j'ai constaté que le tofu et les légumineuses étaient bien moins chers que la viande. Six mois plus tard, en revenant au Québec, quel traumatisme pour mon copain de constater que la Belgique m'avait transformé en végétarienne! Après tout, les frites et la bière ne plaisent pas qu'aux carnivores.


En dix ans de partage avec des végé-curieux.se, j'ai pu constater la déception dans le regard des gens: Hé non, je ne suis pas devenue végétarienne par éthique animale, mais bien par frugalité. Ensuite, j’ai fait graduellement un virage végane pour des raisons d’éthique animale.


Pourquoi devenir végane est si difficile?

Le but de cet article n'est pas de vous convaincre de devenir végane. La très grande majorité des gens à qui je m'adresse sont d'accord avec les enjeux éthiques, environnementaux et de santé que les véganes exposent, et en ont même parfois une compréhension assez poussée. Je laisse au passage quelques références en fin d'article (revue en ligne, baladodiffusion, groupe facebook, entrevue, trucs pratiques, etc).


Le hic, pour l'être humain, ce n'est pas d'assimiler l'information, mais bien le changement de comportement qui suit une prise de conscience.  Pour avoir envie de changer d'habitude, ce changement doit être invitant. Comme chaque personne est unique, je vous invite à réfléchir aux cinq facteurs de transition2 ci-dessous, concept créé par Everett Rogers dans les années 60.



Quel facteur de transition vient plus vous chercher, en toute honnêteté?



1) L'avantage relatif

1.1 Gain financier. Tel que mentionné, je suis devenue végétarienne pour des raisons financières. Quand je suis devenue végane, j'ai baissé davantage la facture d'épicerie, en me payant de temps à autre des gourmandises véganes un peu plus dispendieuses. 

Truc: Pour limiter les frais de votre épicerie, remplacer les protéines animales par des protiéines végétales tels que: pois chiches, tofu, lentilles vertes, haricots noirs, etc. Remplacer le fromage par de la levure alimentaire (pour le goût, pas pour la texture, ne soyez pas déçu!)

1.2 Prestige social. Il est indéniable que le véganisme surfe sur une vague de popularité en ce moment. Il y a une certaine notorité à s'afficher végane.

Truc: Partagez vos recettes sur les réseaux sociaux ou encore procurez-vous un t-shirt végane que vous porterez fièrement.


2) La compatibilité

Le véganisme est-t'il compatible avec vos valeurs? Bien sûr, en théorie: valeurs d'empathie, de justice sociale et environnementale. En pratique, le véganisme met à mal le côté rassembleur et traditionnel des aliments carnés. Comment vais-je devenir végane sans sacrifier mes repas en famille du dimanche soir, 100% viande?

Truc: Il est rare de devenir végane du jour au lendemain. Si vous êtes végane à la maison, la semaine, et que vous continuez à manger de la viande en famille, la fin de semaine, pourquoi pas? Quand vous serez prêt.e, informez graduellement les gens dans votre entourage de votre transition. À ce moment-là, vous pourrez même inviter votre famille à manger un repas confort food tel qu'un bon spagat avec de la viande végétale de la marque Yves, vos convives n'y verront que du feu!


3) La simplicité et facilité d’utilisation.

Le temps est limité, et le véganisme donne souvent l'impression d'être une pente trop dure à monter. Comment vais-je apprendre comment cuisiner tous ces nouveaux aliments? Comment vais-je être certain.e de ne pas manquer de protéines et minéraux? Je n'ai pas le temps pour toutes ces informations, c'est compliqué!

Truc: En moyenne, un ménage répète régulièrement environ 10-12 recettes, souvent inconsciemment. Dressez votre liste, et amusez-vous à véganiser vos recettes. Du lait peut devenir du lait végétal, du beurre peut devenir de l'huile d'olive, de la viande hachée peut devenir des lentilles. Un trio poulet-riz-légumes peut être remplacé par tempeh-riz-légumes! L'important pour ne manquer de rien, c'est de remplacer ce que l'on vient de couper. La pire erreur pour la santé est de couper la viande et les produits laitiers, et simplement manger plus de pâtes et de légumes. Le seul supplément fortement encouragée pour une personne végane est la B12. Et encore, avec deux tasses de lait végétal par jour, cela est suffisant en apport, à titre d'exemple.



4) La possibilité d’essayer.

Il est tout à fait normal d'avoir peur devant un changement aussi gros qu'un changement alimentaire, qui fait intrinsèquement partie de notre vie.

Truc: Quoi de mieux pour essayer que les restaurants? Je connais des gens qui étaient véganes au resto avant d'être véganes à la maison. Cela fonctionne très bien pour les gens curieux qui veulent découvrir de nouveaux goûts. À titre d'exemple, les restaurants libanais et vietnamiens ont souvent des options véganes. En Outaouais, les deux restaurants véganes les plus connus sont La belle verte ainsi que My Tiny Cupboard. À Ottawa, je recommande The Table, The Green Door et Pure Kitchen.



5) L’observabilité des résultats.

Si les résultats sont flous, la motivation sera floue elle aussi. Est-ce que les résultats du véganisme sont tangibles? Pas vraiment. 

Truc: Les résultats du véganisme ne sont malheureusement pas observables (vous ne voyez pas dans votre cour tous les animaux que vous avez sauvé en ne les consommant pas!). À un autre niveau, en étant végane vous pouvez observer différents résultats plus subtils: premièrement, votre sentiment de cohérence entre vos actions et vos valeurs vous rendront, de manière générale, plus heureux. Dans ce sens, le seul truc que je peux vous offrir quant à l'observabilité des résultats est le bonheur de partager avec bienveillance les bienfaits du véganisme, et ensuite observer les gens autour de soit être curieux, s'intéressé à la cause et limiter leur consommation de produits animaux.  Deuxièmement, beaucoup de foodies sont heureux de voir les résultats de leur exploration végane : tant de nouveaux goûts, une belle créativité dans l’approche culinaire et le plaisir qui en découle. Quels beaux résultats !

 

Pour aller plus loin

On parle beaucoup de véganisme ces temps-ci, une nette avancée par rapport à mes débuts dans l'univers de l'éthique animale. J'ai choisi volontairement de n'aborder que l'enjeu de l'alimentation, même si le véganisme est une réflexion globale sur l'exploitation animale: animaux de divertissements, produits cosmétiques et vestimentaires, animaux de laboratoire, etc.

Pour aller plus loin, je voulais partager avec vous ce mot: "anti-spécisme", qu'on n'entend beaucoup moins dans les médias que le mot végane. Ce mot peut vous faire penser aux concepts d'anti-racisme et anti-sexisme, par exemple. L'anti-spécisme est le refus de vivre dans une société spéciste. Nous vivons dans une société spéciste parce que nous prenons pour acquis que certaines espèces animales sont plus importantes que d'autres, ont plus de droits que d'autres: l'Humain en premier, ensuite les espèces que nous avons déterminés comme étant les animaux de compagnie, et ainsi de suite. Comme pour le sexisme et le racisme, les véganes ne sont pas à l'abri de faire eux-mêmes du spécisme. Après tout, les véganes font partie du spécisme systémique. La réflexion sur le concept de spécisme ne fait que commencer!

 

 

Noémie Albert 

Végane depuis 9 ans

 

 

1: https://www.lapresse.ca/debats/opinions/2020-07-26/la-vie-sans-viande-a-toujours-la-cote.php

2 https://strategies4innovation.wordpress.com/2009/02/15/la-diffusion-dune-innovation/

 

Références

J'ai choisi de vous présenter des références diversifiées, en français et en majorité québécoise:

Discussion entre Dalila Hawada et Gabriel Nadeau-Dubois sur le véganisme  : https://www.youtube.com/watch?v=SaGTzFiQjQ4

Baladodiffusion végane, tout en humour: https://www.lacuisinedejeanphilippe.com/podcast/

Groupe facebook vegetalien/vegan en Outaouais : https://www.facebook.com/groups/1599175907005243/

Réflexions sur le spécisme: https://www.cahiers-antispecistes.org/

Conseils pratiques: https://vegan-pratique.fr/

Campagnes de la SPCA: https://www.spca.com/defense-des-animaux/ 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Nom .
.
Message .